Infoproduit : comment dépasser l’angoisse de la page blanche.

Bon, je n’arrive même pas à trouver un seul fichu truc à dire. Oh la la, je me sens absent! Ca ne vous rappelle pas quelque chose? Non!? Oh, ça va, franchement! Nous avons tous vécu ce phénomène qui survient quand nous devons absolument écrire quelque chose, et c’est la dernière minute. Je parle de …. .heeuuh, je ne trouve pas le mot……

Oh allez, je l’ai sur le bout de la langue … aaaah oui voilà c’est :
L’ANGOISSE DE LA PAGE BLANCHE!!!!
Waow, voilà! Je me sens mieux, rien que d’avoir viré ça de ma tête et l’avoir finalement mis sur la page!
L’angoisse de la page blanche, c’est le démon des pages vides.

Vous avez beau savoir exactement ce que vous avez allez écrire, aussitôt que ce fichu écran blanc apparaît, c’est plus fort que vous, votre esprit se vide soudain complètement.

Et je ne parle pas d’un vide comme celui recherché dans la méditation Zen, du genre « fixer-le-mur-jusqu’à-l’illumination »

Comment Acquérir et développer l'état d'esprit des Entrepreneurs à succès ?

Rejoignez le " CLUB BOOSTER SA VIE " et recevez des conseils et tactiques pour Améliorer et Booster durablement votre vie + le GUIDE GRATUIT "Acquérir l’état d'esprit des Entrepreneurs à succès".

Entrez votre Prénom et adresse email et cliquez sur le bouton

Nous traitons avec sérieux vos données personnelles. Pas de spam. Voir nos conditions et confidentialité ici

Qu’est-ce que l’angoisse de la page blanche ?

Bon, je n’arrive même pas à trouver un seul fichu truc à dire. Oh la la, je me sens absent! Ca ne vous rappelle pas quelque chose? Non!? Oh, ça va, franchement! Nous avons tous vécu ce phénomène qui survient quand nous devons absolument écrire quelque chose, et c’est la dernière minute. Je parle de …. .heeuuh, je ne trouve pas le mot……

Oh allez, je l’ai sur le bout de la langue … aaaah oui voilà c’est :
L’ANGOISSE DE LA PAGE BLANCHE!!!!
Waow, voilà! Je me sens mieux, rien que d’avoir viré ça de ma tête et l’avoir finalement mis sur la page!
L’angoisse de la page blanche, c’est le démon des pages vides.

Vous avez beau savoir exactement ce que vous avez allez écrire, aussitôt que ce fichu écran blanc apparaît, c’est plus fort que vous, votre esprit se vide soudain complètement.

Et je ne parle pas d’un vide comme celui recherché dans la méditation Zen, du genre « fixer-le-mur-jusqu’à-l’illumination »

Non non, je parle de la sueur coulant goutte à goutte le long de votre nuque… Un vide du genre souffrance, panique et angoisse. Au plus on s’approche de la date limite, au plus on ressent cette fameuse angoisse de la page blanche.
Je répète:  » Au plus on s’approche de la date limite, au plus on ressent cette fameuse angoisse de la page blanche »
Bon et maintenant, avez-vous une quelconque idée des raisons probables qui nous plongent dans cette atroce « aphasie » ?

La réponse est évidente : LA PEUR! Vous en êtes terrifiés par cette page blanche. Vous êtes terrifiés et vous n’avez soudainement absolument plus rien d’intéressant à dire. Vous avez carrément peur de la crainte de l’angoisse de la page blanche elle-même!

Même si vous avez fait dix ans de recherches et qu’il ne vous reste plus qu’à aligner des phrases. Et même si vous êtes capable de tout réciter paragraphe après paragraphe de manière logique pendant votre sommeil…

L’angoisse de la page blanche peut frapper n’importe qui n’importe quand. Naissant de nos peurs, elle s’attaque à notre confiance en nous et intensifie nos doutes, sournoisement. Et cette angoisse de la page blanche ne se contente pas de venir gentiment vous informer sur vos peurs et vous laisser tranquille, non, évidemment ça va plus loin : vous vous sentez vraiment idiot, un peu comme si l’on venait de vous retirer les lobes du cortex temporo-pariétal par les sinus. Vous perdez tous vos moyens et à ce moment-là, si vous avez l’impression que si vous osiez soumettre vos mots au vaste monde, ça sortirait certainement sous forme de charabia!

Essayons d’être rationnels avec ce démon irrationnel.
Dressons une liste de ce qui se cache probablement derrière cet épouvantable et terrifiant problème.

1. Perfectionnisme.

Vous croyez absolument devoir écrire un chef-d’œuvre de littérature directement au premier jet. Et sinon, vous voyez cela comme un total échec.

2. Rédaction au lieu de création.

Dès que vous commencez à taper c’est l’éclosion : votre « monkey-mind » s’élance de branches en branches, d’arbres en arbres se perdant dans la jungle de votre cerveau et il se met à hurler « non, ce n’est pas ça, c’est faux! C’est stupide! Corrige corrige corrige corrige ! »

3. Timidité.

Comment pouvez-vous arriver à penser et surtout à écrire, alors que tout ce que vous êtes encore capable de faire est d’essayer d’enlever vos doigts d’écrivain en pleine crise d’angoisse de la page blanche agrippés autour de votre gorge serrée… Vous voudriez la libérer et vous permettre de tout de même enfin vaguement haleter? Vous n’êtes donc absolument pas concentré sur ce que vous essayez d’écrire, vous ne pensez plus qu’à vos doigts crispés autour de votre gorge nouée.

4. Pas moyen de commencer.

Le plus dur c’est toujours la première phrase. En tant qu’auteur, nous savons tous que la première phrase est EXTRÊMEMENT IMPORTANTE. Elle doit être brillante! Elle doit être unique! Elle doit directement accrocher votre lecteur depuis le tout début! Vous ne pouvez pas y échapper. Si vous voulez arriver à écrire votre œuvre vous devez absolument arriver à dépasser cette difficile étape de la première phrase. Il n’y a aucune alternative.

5. Problème de concentration.

Votre chat est malade. Vous soupçonnez votre petite amie de vous tromper. L’électricité risque d’être coupée incessamment sous peu. Vous avez le béguin pour le livreur UPS. Vous devez aller dîner avec vos insupportables beaux-parents. Etc etc… Ai-je besoin d’en dire plus?
Comment voulez-vous arriver à vous concentrer avec tout ce désordre dans la tête?

6. Remettre au lendemain.

C’est votre passe-temps favori. C’est carrément votre âme soeur, pas vrai? C’est d’ailleurs la raison pour laquelle vous avez tricoté 60 pull-overs avec des motifs losanges ou monté 300 bibliothèques dans votre atelier. C’est aussi la raison pour laquelle vous n’êtes jamais à court de fromage.

VOYEZ LES CHOSES EN FACE! LA PROSCRATINATION EST UNE DES RAISONS DE VOTRE ANGOISSE DE LA PAGE BLANCHE !

Comment Surmonter L’Angoisse de la page blanche
Ok. Je vois qu’une une bonne partie d’entre vous est en train de quitter la pièce aussi vite qu’ils peuvent.
Vous trouvez cela absurde! Vous êtes vexé.
Vous êtes furieux comme jamais. Il est scientifiquement prouvé que l’angoisse de la page blanche est absolument, indéniablement, impossible à surmonter.
Justement, surmontez-la!

Oui, j’imagine bien que ce n’est pas facile. Mais bon, essayez donc juste de vous asseoir pendant quelques minutes et d’écouter. Tout que vous avez à faire c’est écouter. Vous n’avez pas à écrire un seul mot pour l’instant.
Ah, vous êtes tous là de nouveau. Je commence à vous faire revenir maintenant que le nuage de poussière se dissipe.
Je suis ici pour vous dire que L’ANGOISSE DE LA PAGE BLANCHE PEUT ÊTRE SURMONTÉE.
S’il vous plaît, restez assis.

Il y a des moyens de tricher et de se jouer de cet insupportable démon. Choisissez-en un, ou plusieurs et faites des essais. Bientôt, avant même que votre rythme cardiaque ne commence à s’accélérer… devinez quoi… vous serez déjà en train d’écrire !

Voici quelques méthodes sérieuses qui ont fait leurs preuves et qui vont vous aider à surmonter l’angoisse de la page blanche :

1. Soyez préparé.

Car la seule chose à craindre est la crainte elle-même. (Je sais c’est un cliché mais dès que vous commencerez à écrire, n’hésitez pas à améliorer cet aspect.) Si vous prenez vraiment le temps de réfléchir profondément à votre projet avant de réellement vous mettre à écrire, vous allez pouvoir être capables de prévenir et même d’éviter la plus invalidante des crises de panique.

2. Oubliez le perfectionnisme.

Personne n’a jamais écrit un chef-d’oeuvre en un premier jet. Ne placez aucune attente dans votre travail. Dites-vous plutôt que vous allez écrire une pure merde intergalactique et donnez-vous la permission d’écrire avec plaisir de la manière la plus puante qui soit si vous en ressentez l’envie.

3. Écrire au lieu de rédiger.
Ne laissez jamais jamais votre esprit s’égarer et faire des commentaires et critiques alors que vous écrivez votre premier jet. La création est un processus magique qui dépasse de loin le conscient, à des années lumières de votre esprit cartésien. C’est même un processus incompréhensible pour votre « monkey mind » qui essaye de jouer les « critiques de rédaction ». Préparez-lui une embuscade. Asseyez-vous devant votre ordinateur ou votre bureau. Respirez à fond et chassez toutes vos pensées superflues. Laissez planer vos doigts au-dessus du clavier ou saisissez votre stylo. Et ensuite
faites semblant que vous allez commencer à écrire, mais au lieu de cela, en utilisant le pouce et l’index de votre main dominante, vous allez renvoyer cet affreux et ennuyeux animal faire son « one man show » comique dans son cirque. Et hop mettez-vous au boulot! Écrivez, griffonnez, criez, hurlez, laisser tout sortir… (Tant que vous le faites avec un stylo ou votre clavier d’ordinateur bien entendu)

4. Oubliez la première phrase.

Vous pourrez revenir là-dessus plus tard et transpirer pour trouver les bons mots importants quand vous aurez fini le « gros-œuvre ». Sautez cette étape! Sautez jusqu’au milieu ou même la fin du texte.
Qu’importe, commencez par où bon vous semble, comme vous le pouvez mais commencez ! Il y a de fortes chances que quand vous vous relirez, cette fameuse première phrase sera là, telle une apparition surgissant d’elle-même depuis les abîmes de votre création.

5. Concntration.

C’est le pire… La vie nous envoie tellement de « balles coupées ». Et si nous décidions de considérer notre temps d’écriture comme des petites vacances prises en dehors de tous ces problèmes ennuyeux. Bannissez-les! Créez-vous un espace, peut-être même un espace physique, quelque part où rien d’autre n’existe sauf le moment présent. Si malgré tout, l’un de ces soucis parvenait jusqu’à vous, écrasez-le du pied comme s’il s’agissait d’un vilain insecte nuisible!

6-Arrêtez la procrastination.

Dressez un plan. Gardez vos notes de travail bien à vue. Utilisez les écrits de quelqu’un d’autre pour continuer d’avancer. N’hésitez pas à baragouiner d’une façon incohérente sur le papier ou sur votre ordinateur si vous sentez devoir le faire.
Just Do It ! (Je sais, j’ai piqué ce slogan quelque part héhé). Agrémentez votre travail avec tout ce qui peut éventuellement vous aider à aller de l’avant : pense-bêtes, résumés en grandes lignes, une photo de votre grand-mère… Promettez-vous des récompenses comme par exemple votre friandise préférée. Gardez-la hors de portée et accordez-vous un agréable moment de dégustation quand vous aurez fini votre premier projet prévu. Lisez des trucs du même genre que ceux que vous devez écrire. Lisez-les encore et encore. Et de nouveau… Et bientôt, croyez-moi, l’angoisse de la page blanche va progressivement commencer à disparaître…

Aussitôt fait, mettez-vous au clavier, et écrivez! vous voulez en savoir plus, rendez-vous sur cette page pour recevoir les secrets pour concevoir ses propres info-produits en moins de 24heures.

 

Comment Acquérir et développer l'état d'esprit des Entrepreneurs à succès ?

Rejoignez le " CLUB BOOSTER SA VIE " et recevez des conseils et tactiques pour Améliorer et Booster durablement votre vie + le GUIDE GRATUIT "Acquérir l’état d'esprit des Entrepreneurs à succès".

Entrez votre Prénom et adresse email et cliquez sur le bouton

Nous traitons avec sérieux vos données personnelles. Pas de spam. Voir nos conditions et confidentialité ici